WPTDS Brussels: Le Triomphe de Gregory Luttke-Grech (102.000€)

(Photo: Tomas Stacha/WPT)
© (Photo: Tomas Stacha/WPT)

En tête à l’entame du Jour 3, Gregory Luttke-Grech s’impose sur le Main Event WPT DeepStacks Brussels à 1200€ après un court head’s up contre Sonny Franco. Le Français empoche officiellement 100.000€ et un package pour le WPTDS European Championship Deauville de 2010 concluant ce circuit européen.

C’est la 7e victoire de 2019 pour celui qui habite désormais à Sousse, en Tunisie. Cette expatriation joue pour beaucoup dans la dynamique de succès du vainqueur : “Je suis là bas depuis 18 mois et ça marche mieux, peut être l’hygiène de vie… mais surtout l’envie de gagner. J’ai faim. Je me déplace pour faire des résultats, j’ai envie”, confirme Gregory avant d’ajouter qu’il “vient pour gagner”.

“Je fais des déplacements sans les amis, seul. Focus sur le poker. Après je suis très content, les amis vont kiffer leurs points, c’est un super feeling”, ajoute-t-il avant de parler de son tournoi. “J’ai été en vitesse de croisière avec deux-trois fois la moyenne très souvent… depuis cette grosse rencontre en début de Jour 2 c’était plus facile. Il y a eu quelques coups difficiles mais cela ne m’a pas affaibli, j’ai bien géré mentalement”, raconte le champion, “à moitié chaud” pour suivre ses copains à Rotterdam et à Amsterdam où vont se jouer des tournois dans les semaines qui viennent.

Les vacances ne sont pas non plus au programme. “C’est vrai que je joue beaucoup… mais je suis toute l’année en vacances”, rigole Gregory Luttke-Grech, regular du casino de Sousse qui ne compte pas faire de pause poker. La passion c’est au quotidien !

L’ultime journée de compétition a débuté avec 17 survivants sur le field de 482 entrants, dimanche. Pas le temps de traîner avec une première heure fatale au Team Pro Unibet Alexandre Reard, premier sortant du jour. Gros animateur du tournoi mais malade pour la journée décisive, Javier Zarco a ensuite perdu un flip crucial contre Armel Dai avant de rendre les armes avant la finale.

Alors que Reard avait débuté avec 15 blindes, Sonny Franco n’en avait que 9 en début de journée. Le petit prince de Marrakech a rapidement trouvé des mains avant de dérouler à la table des plus petits tapis. En tête au démarrage, Gregory Luttke avait déjà Sonny sur ses talons à la conclusion de la première heure de jeu.

Ils n’étaient plus que 11 en piste à la première pause, avec un deuxième niveau moins dramatique mais confirmant la tendance à la hausse pour Sonny. Abou Sy avait rendu les armes (8e) et la troisième heure de jeu n’a vu aucune élimination. Après 90 minutes avec une table de 6 et une table de 5 joueurs, l’ultime femme en course s’est éclipsée.

Yuri Ishida est le dernier joueur du tournoi à repartir avec moins qu’un gain à 5 chiffres (11e – 8000€). Vainqueur de l’EPT National Barcelona 2018, Jean-René Fontaine (10e – 10 000€) a lui aussi manqué l’ultime table après plusieurs confrontations avec le patron du tournoi, Gregory Luttke-Grech. JRF a sauté trois minutes après la joueuse japonaise, il a fallu moins de 5 heures pour constituer l’ultime table.

Avec 10 Français au départ de l’ultime journée, il restait alors 2 étrangers en lice. Dans le Top 3 à l’entame de la journée, Julien Loire a fait la bulle de la table officielle, éliminé par l’ultime belge en course, Armel Dai (9e). Gilles Huet s’est ensuite fait craquer les par Gregory Luttke-Grech pour un nouveau deep-run (8e – 12 500€)

Troisième en novembre 2018 pour 53.000€, Paul van Oort a lui aussi subi la loi de Gregory pour une superbe nouvelle performance à Bruxelles. Dans le bon paquet en début de journée, mais tombé très bas très rapidement, Paul-Pires Trigo s’est chargé de Fabrice Bigot, très short.

C’est ensuite Gregory Luttke qui a assis sa domination en sortant le dernier représentant local. Dai a busté sur les coups de 20 heures pour un gain de 27 000€, presque la totalité de ses gains au poker jusque là. Alors qu’on se dirigeait vers une pause dîner à 4 joueurs, Théo Sastre-Garau a finalement rendu les armes juste avant le break, sorti par Sonny Franco qui en profitait pour aborder le plan à 3 avec un bloc supérieur à 70 blindes, comme Gregory Luttke-Grech.

Dernier de la classe, Paul Pires-Trigo avait encore tout de même presque 40 blindes à ce moment là. Il a fallu 90 minutes de plan à 3 pour forcer la décision. Si Paul est presque parvenu à troubler la logique, il a finalement perdu plusieurs coups de suite pour se retrouver à nouveau distancé.

Il a logiquement sauté contre Gregory, en étant derrière au showdown. De quoi permettre au patron à l’entame du Jour 3 de commencer avec 80 blindes contre 60 à Sonny Franco. Les deux hommes vont se mettre d’accord pour une ouverture obligatoire à 3x et Gregory va prendre le large en dix minutes… avant de conclure avec contre une Top paire sur un board dans un pot 3-bet préflop !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire